Sarah, cœur orange

Elle vient d’avoir 17 ans, trouve sa place dans les défenses adverses et est en train de découvrir la Nationale 1 avec, sur les épaules, le maillot de l’ASPTT Strasbourg/Hoenheim. Elle, c’est Sarah Herzog.


Il y a d’abord eu le handball heureux. Celui de l’insouciance, celui du jeu, de la découverte et des rires partagés. Haute comme trois pommes, à peine quatre ans au compteur du temps, Sarah Herzog a hérité d’un sport comme on reçoit un bien précieux qu’il faut entretenir pour le maintenir brillant, vivant, entraînant.


Sarah Herzog est passée de l’orange de Plobsheim à celui de l’ASPTT. PHOTO DNA – Ch. A.

« On était tout le temps tous ensemble, c’étaient de belles années »


« Mon papa, Roland, jouait à Sélestat, puis à Plobsheim. Il m’emmenait partout, j’étais toujours dans une salle de

hand. Ma mère, Martine, s’occupait du baby-hand à Plobsheim. Alors, c’était comme une évidence… »

L’ancienne salle polyvalente de Plobsheim sera son terrain de jeu favori. Couleur orange, déjà. « J’ai commencé là-bas, au milieu de mes copains. Il y avait Julien Schoch qui était un peu mon petit frère, moi j’étais la seule fille. J’ai eu du mal à les quitter, c’étaient mes amis. Il y avait un vrai esprit de famille, on était tout le temps tous ensemble, c’étaient de belles années. »

Le POC n’ayant pas d’équipe féminine, la mixité prenant fin avec les -12 ans, Sarah Herzog a dû quitter ce confortable et douillet cocon pour continuer à entretenir sa passion pour ce jeu. « Je regardais souvent les matches de l’équipe de France. Ceux de mon papa aussi. J’avais envie de faire comme lui, c’est un exemple pour moi. »

Alors, elle passera une saison à Illkirch avant de rejoindre l’ASPTT Strasbourg en 2010 et le pôle dans la foulée. Deux saisons en -16 ans, une en -18 et voilà la N2.

« J’avais une grosse appréhension avant mon premier match. Cédric (Amour, son entraîneur) m’avait mis la pression, il ne fallait pas que je passe à côté. Les filles ont été géniales avec moi, elles m’aident et me conseillent toujours d’ailleurs. »

Ce premier match chez les “grandes” fait partie des moments marquants de sa jeune carrière comme deux autres.

« Mon dernier match avec Plobsheim, une finale de Coupe d’Alsace, arbitrée par… mon papa. On a un peu perdu à cause de lui, rigole-t-elle. Il a sifflé un penalty contre nous tout à la fin et on a perdu d’un but. » Le suivant est plus heureux. « Le titre de championne de France avec l’équipe d’Alsace en 2011. J’étais capitaine et ça m’a beaucoup marquée. »

Désormais, c’est en Nationale 1 que Sarah Herzog se construit ses souvenirs du haut de son mètre 80. « Au début, c’était vraiment dur, j’ai eu du mal, j’ai commencé à douter. Heureusement, mes parents et les filles de l’équipe ont toujours été derrière moi. Quand on me donne une balle, que j’arrive à l’attraper, pour moi, je dois la mettre au fond, je n’ai pas droit à l’erreur. »


« Ce poste m’a aussi appris à me battre »


Son poste, c’est pivot. Elle doit se frotter à la défense adverse, s’y faire une place, en attendant le ballon. « C’est très physique, il faut être solide sur ses appuis. Il faut de la combativité aussi et ce n’est pas forcément dans mon caractère. Évoluer à ce poste m’a aussi appris à me battre, à m’arracher sur chaque action. »

Passée par la sélection nationale cadettes, puis jeunes plus brièvement – « J’étais super heureuse, c’était comme un rêve qui se réalise, mais la roue peut tourner très vite dans un sens comme dans l’autre » –, Sarah Herzog veut retrouver ce goût du haut niveau.

C’est son but, c’est sa quête. « J’ai en tête depuis toute petite de vivre du handball. J’aimerais intégrer un centre de formation à la fin de la saison, retrouver l’équipe de France et je rêve de jouer un jour à l’étranger, en Norvège ou en Roumanie, il y a de tellement bonnes joueuses là-bas. »

Mais comme tout cela est aléatoire, celle qui a grandi à Eschau ne va pas oublier de passer son Bac ES qu’elle prépare en trois ans, l’épreuve de Français est pour bientôt. « J’aimerais bien travailler dans le sport, vivre de ma passion, pourquoi pas prof, on verra. »

En attendant de franchir un cap de plus, Sarah Herzog profite de ses 17 ans, a préparé des pizzas, « pâte comprise », pour toute l’équipe le jour de son anniversaire, adore « écouter de la musique et danser avec ma sœur, Léa » qui, elle, est basketteuse à Geispolsheim.

Mais cette jeune joueuse d’avenir, enthousiaste et sérieuse, n’oublie surtout pas de remercier ceux qui ont été là pour elle. « Mes parents, pour tout ce qu’ils font pour moi, parce que je ne suis pas facile à vivre tous les jours non plus, s’amuse-t-elle. Et puis les gens de l’ASPTT, du pôle espoirs et de Plobsheim. »


Si le handball est désormais devenu plus sérieux, en attendant de le devenir peut-être encore davantage, le sourire n’est jamais loin du visage de Sarah Herzog, joueuse au cœur orange qui ne cesse de battre pour une petite balle de cuir.

Contacter le POC : 06.74.03.89.88 ou remplir le formulaire en cliquant ici 

Webmaster : Stéphane Krimm